Make your own free website on Tripod.com
COMMUNAUTE BENINOISE EN TUNISIE (CBT)
LE BENIN | ZONES ET ATTRAITS TOURISTIQUES DU BENIN | LE BUREAU DE LA CBT | OBJECTIFS DE LA CBT | COMMENT ACCEDER AU BENIN? | INFORMATIONS UTILES | LA TUNISIE | LE BENIN EN IMAGE | NOUS CONTACTER | LES ACTUALITES DU BENIN | COTONOU BY NIGHT | REPRESENTATIONS DIPLOMATIQUES | 1000 SITES SUR LE BENIN | THESES ET MEMOIRES | LES OPPORTUNITES D'AFFAIRES

NOUVELLE VERSION DU SITE SUR www.cbtweb.netfirms.com

LE NOUVEAU SITE DINFORMATIONS SUR LE BENIN
OPAYS.COM.jpg
NEW VISITEZ LE !!!!!

LE PREMIER PORTAIL D'INFORMATIONS
bening.jpg
MADE IN BENIN A VISITER!!!!

  • Ambassade du Bénin près le Vatican: Bientôt?

En marge du sommet mondial de l'alimentation qui s'est tenu du 10 au 13 juin dernier 2002 à Rome en Italie, le Président Kérékou a reçu en audience plusieurs personnalités comme : des hommes d'affaires venus d'Asie et du Moyen-Orient, Monseigneur Bernadin Ganti, les responsables de la fondation mondiale pour la paix. Il a également eu des entretiens avec M. Olésugun Obasanjo, président du Nigeria, M. Jacques Diouf, Directeur général de la Fao, le directeur du Fida qu'il a d'ailleurs invité au Bénin. Toujours au cours de son séjour à Rome, le président Kérékou a été reçu en audience par le secrétaire d'Etat du Vatican, puis par sa sainteté le Pape Jean-Paul II en tête à tête pendant plus d'un quart d'heure. Suite à cela, toute la délégation qu'il conduisait a également eu le privilège de recevoir les bénédictions de sa sainteté.

L'autre temps fort du voyage du Chef de l'Etat à Rome est nul doute, l'interview qu'il a accordée à Radio Vatican sur l'initiative de notre compatriote Jean Baptiste Sourou et l'obtention du prix mondial pour la paix à lui décerné par l'organisation non gouvernementale, les "Messagers de la Paix" qui a promis la construction des bâtiments devant abriter les locaux de l'Ambassade du Bénin près le Saint siège. Pour ce qui concerne l'interview qu'il a accordée à Radio Vatican, elle a été axée sur le tête-à-tête qu'il a eu avec le Pape Jean-Paul II, la situation politique au Bénin, le règlement des conflits en Afrique, le code des personnes et de la famille, la moralisation de la vie publique.

ECONOMIE

  • QUALITÉ DE L'ANANAS BÉNINOIS

L'ananas béninois répondra désormais à de nouvelles normes de qualité. En acceptant d'optimiser l'utilisation des engrais, les producteurs du pays ont paré leurs fruits d'un nouvel atout qualité pour séduire un peu plus encore le marché européen. Les exportations déjà à 435 tonnes en mai dernier devraient cette année atteindre la barre record des 1 000 tonnes.
" La qualité de nos ananas est déjà reconnue sur le plan international. Les producteurs se sont engagés à poursuivre la démarche qualité en essayant de mieux coller aux exigences européennes, notamment concernant la Limite marginale de résidus de pesticides (LMP) imposée par le Comité de liaison Europe Afrique, Caraïbes, Pacifique ", explique Paul Gnansa, chef de service au Centre béninois de normalisation et de gestion de la qualité (CEBENOR).
Vers un record à l'exportation
Avec 435 tonnes exportées depuis le début de l'année, contre seulement 326 à la même période l'année dernière, les responsables du fret aérien, comme le transporteur Air France, prévoient, si la tendance se confirme, un volume d'exportation de près de 1 000 tonnes en 2002. Soit 327 tonnes de mieux que les 663 tonnes enregistrées en 2001. Exportations qui avaient généré plus de 338 millions de Fcfa de chiffre d'affaires.
" Les producteurs connaissent des problèmes de stockage car l'aéroport de Cotonou ne dispose malheureusement pas de chambre froide. Un frein à l'exportation auquel l'Etat va bientôt remédier ", précise Paul Gnansa. Malgré cela, la filière se porte bien. Une situation dont ne peut se contenter la Cébénor qui travaille actuellement à mettre sur pied une complète traçabilité de l'ananas, du champ aux consommateurs, pour encore améliorer la qualité du fruit. Un nouvel atout concurrentiel sur le plan international.© Afrik.com

DU VIN DE PALME EN BOUTEILLE DE CHAMPAGNE

Un promoteur français d'origine bordelaise a réussi à faire apprécier aux Sénégalais les délices d'un vin de palme nouveau. Au Salon international de l'agroalimentaire de Dakar, son stand a attiré les foules.
En visitant ce salon, en février dernier, le ministre béninois de l'industrie s'arrête longuement devant un stand. Il y remarque des bouteilles vert foncé qui ressemblent aux bouteilles de champagne. Mais sur l'étiquette, on lit clairement: "Vin de palme. Produit naturel à boire frais". Après quelques propos échangés avec l'exposant, le ministre décide de goûter. Après moult hésitations, son guide, un Sénégalais, en fait autant. Le ministre commande alors quelques bouteilles en faisant une promesse: "Vous nous intéressez au plus haut point. On va vous faire venir au Bénin", déclare-t-il, impressionné par la qualité de ce vin de palme dont son pays est pourtant grand producteur. "J'ai envie de déguster", lance une Canadienne présente sur les lieux. Une jeune Sénégalaise qui étudie l'agronomie au Brésil ajoute: "Déjà, à l'odeur, c'est tout bon et c'est exotique".
Le fabricant, André Faureau, est un Français établi de longue date au Cap Skiring, en Casamance. Son stand est pris d'assaut depuis l'ouverture de ce salon organisé par le Centre pour le développement industriel, un organisme d'appui de l'Union Européenne. Togolais, Français, Canadiens et visiteurs de partout s'y bousculent. Tous trouvent son breuvage doux et délicieux.(SYFIA)

  • Le sauvetage de l'OCBN

Une session ministérielle sur l'état financier 2001 de l'Organisation commune Bénin-Niger de chemins de fer (OCBN) et l'adoption de son budget 2002 s'est ouverte mercredi à Niamey pour sauver de la banqueroute cette organisation. L'objectif de cette session est d'examiner les voies et moyens susceptibles de permettre le sauvetage de cette entreprise, a indiqué à la PANA une source proche de la session. L'analyse de son budget 2001 fait ressortir que l'OCBN souffre d'un découvert de plus de 700 millions de F CFA, (1.048.265 dollars US), mettant ainsi en évidence la persistance de profondes difficultés structurelles auxquelles fait face l'entreprise. Selon la même source, on estime qu'à l'origine de cette situation, se trouvent la vétusté des matériels de traction dont l'essentiel date de plus de vingt ans et les problèmes liés à la gestion du coût du transport routier qui ont considérablement réduit la capacité de transport de l'OCBN, ainsi que sa compétitivité. "Devant cette situation, il s'agit de faire en sorte que le budget de l'exercice 2002 soit réaliste et donner des directives idoines à la direction générale pour mettre en oeuvre des actions propres à améliorer l'exploitation du réseau", a déclaré le ministre nigérien de la Communication et des Transports, Mallam Sani Mahamane. Il a ajouté qu'il est urgent d'édicter des mesures de sauvegarde aptes à assurer une mutation réussie des statuts juridiques de l'entreprise, qui est sur le point d'être mise en concession. Un comité paritaire a déjà été mis en place en vue de réfléchir et promouvoir des actions allant dans le sens de la mise en concession de cette entreprise, rappelle-t-on. De l'avis de certains observateurs, la survie de l'OCBN dépendra des assises de Niamey. L'efficacité de cet outil d'intégration régionale au service du développement des deux pays n'a pas été à la hauteur de leurs attentes, le chemin de fer n'étant jamais arrivé au Niger. La réunion de la capitale nigérienne doit également apprécier le niveau d'avancement des réflexions engagées, en vue d'accélérer le prolongement du chemin de fer de Parakou (Bénin) au Niger, indique-t-on de source proche de la rencontre.

  • ZONE FRANCHE INDUSTRIELLE AU BENIN : Le site de Sèmè bientôt une réalité

A environ 30 km de Cotonou, plus précisément à Sème Kpodji, sera érigée la plus grande zone franche industrielle du Bénin. Dune superficie de 200 ha à viabiliser entièrement, la portion des 77 ha déjà défrichée a reçu la visite des ministres Bruno AMOUSSOU, Joseph Sourou ATTIN des transports Joseph GNONLONFOUN de la justice et Lazare SEHOUETO de lindustrie, du commerce et de la promotion de lemploi. Linstallation de la zone franche industrielle dans cette localité répond à loption faite par le Bénin de doter le pays de plusieurs potentialités nationales. Ainsi, la zone franche qui est un périmètre, que le gouvernement aménage dans le cadre dune installation massive des entreprises, vise à assurer la promotion de la production nationale. Bénéficiant dénormes facilités relatives à lexonération de plusieurs taxes, limplantation de la zone franche industrielle de Sèmè Kpodji permettra non seulement laménagement de la localité, mais aussi devra permettre le création dune gamme variée demplois pour le bonheur de la jeunesse béninoise. Avec le démarrage de ce périmètre, dira le ministre dEtat Bruno AMOUSSOU, le gouvernement pourra entraîner beaucoup dentreprises tant nationales quétrangères vers ce site. La disponibilité de leau, de lélectricité et du téléphone constitue des atouts de développement pour la zone franche industrielle de Sème Kpodji qui bénéficiera de la proximité du géant Nigérian pour la rentabilité économique du site. Appréciant pour sa part le site de Sèmè Kpodji pour limplantation de la 1ère zone industrielle, le ministre de lindustrie, du commerce et de la promotion de lemploi, Lazare SEHOUETO certifie que ce cadre offre plus davantages par rapport à dautres localités de par sa proximité avec le Nigeria. Rappelons que le site de Sèmè est disposé à recevoir aussi bien des industries lourdes que légères. Pour le ministre dEtat Bruno AMOUSSOU, ce sont les entreprises à même dexporter 80% de leur production qui seraient prioritaires dans linstallation sur le site. Déjà, plusieurs sociétés chinoises sont annoncées pour occuper environ plus de 5 ha. Vivement lavènement de ce site pour lexploitation judicieuse des atouts économiques du Bénin.

PLUS D'INFORMATIONS ÉCONOMIQUES SUR LE BÉNIN

ÉDUCATION ET SOCIÉTÉ

  • Des blocs de glace détruisent le village de Sohounmè DANS LE MONO

Le petit village de Sohounmè dans la commune de Sè, dans le Mono a connu le 5 juin dernier, une pluie de tonnes de glace. Cet " attentat " de glace a détruit et continue de détruire, des maisons. Des animaux tués, des cultures et des toitures endommagées. A lheure actuelle, les populations attendent une aide providentielle.

Ce jour-là, se souvient Samuel TAVI, aide-soignant du village, la nature était clémente. " La pluie sest préparée comme à laccoutumée. Vers 23 heures, le tonnerre sest mis à gronder. Nous avons cru que le ciel allait tomber. Depuis ma maison, jai entendu des cris dans tout le village, pris de peur. " Soudain poursuit-il, la pluie a commencé. Lorsque la pluie a cessé, de gros blocs de glace ont commencé par tomber sur les tôles. Le délégué du village, M. Azia DANSOU, âgé de 88 ans raconte que lorsquil a reçu les premiers morceaux de blocs de glace dans sa chambre, il a appelé sa femme. Par-dessus le village, on pouvait entendre des hurlements. Jai ouvert la porte. Dehors, tout était noir. Il y avait une fumée blanche partout. Cette nuit-là, les maisons en paille, surtout les cuisines, ont servi de refuge aux populations ", poursuit-il. " Un enfant a été grièvement blessé alors quil dormait tranquillement. Dans leuphorie, ses parents lont oublié dans la chambre ", sa rappelle encore laide-soignant Samuel. Quand les bruits des blocs de glace ont cessé de se faire entendre sur les tôles, " nous sommes sortis ", ajoute-t-il. Dehors, cétait un autre combat quil fallait mener, dit un autre jeune du village. Le sol était jonché de gros blocs de glace. " On ne pouvait rien voir à plus dun mètre ", témoigne M Edgar, instituteur de lécole du village. Cette école a été endommagée. Construite il y a un an, la toiture des six classes a été fendillée, trouée. Au village, on raconte quune barre de glace na pu être soulevée par un groupe de six jeunes hommes.

Dans les champs, les cultures ont été endommagées, des animaux ont été tués sous le poids de la glace. Des serpents, des aulacodes, des perdrix, des pintades ont été pris dans le piège de la glace. " Nous pouvons remercier Dieu que cela soit arrivé dans la nuit. Si cétait le jour, on aurait déploré des pertes en vies humaines. Puisquon serait dans les champs et les enfants seuls à la maison ", dit le délégué du village. Dautres villages ont été secoués par le même phénomène. Ce sont les villages de Konouhoué, Agbédranfo et de Hounkpo.

  • Incendie d'un magasin de coton à Cotonou : des centaines de millions de francs Cfa de coton en fumée

Scène d'apocalypse le jeudi 04 juillet 2002 au PK 10 de Cotonou. Un magasin de coton appartenant au groupe ICA (Industries cotonnières associées) prend feu. Les sapeurs-pompiers, alertés, interviennent. Le magasin brûle entièrement. De guerre lasse, c'est à une opération de sauvetage du deuxième magasin que s'essayent les pompiers. Dans la zone où est stocké le coton qui a brûlé, il n'y a pas de bornes à incendie et les bâtiments fermés à double tour. La borne à incendie à la Cité Vie Nouvelle, plus proche, n'était pas opérationnelle. Il a fallu négocier avec le propriétaire du bâtiment avant qu'on n'autorise les sapeurs-pompiers à faire une brève dans le mur. Pendant ce temps, le feu s'intensifiait. Dans la cour où est stocké le coton, des billes de teck entreposées empêchaient les camions des sapeurs-pompiers de manuvrer rapidement et efficacement. Les camions, obligés de traverser la ville pour aller se ravitailler en eau, permettaient aux flammes de reprendre de la vigueur avant leur retour. "Un vrai travail de Sisyphe, un vrai gâchis", a dit un citoyen sur les lieux. Un gâchis évitable.

  • RADIO TÉLÉVISION ET CYBERCENTRE POUR JEUNES AU BÉNIN

Le ministre de la Jeunesse, des sports et loisirs, Valentin Houdé, a visité dans la matinée du vendredi dernier les locaux qui abriteront dans les prochains jours la radio, la télévision et le cybercentre des jeunes du Bénin. Ce projet d'un coût global de 1.341.423 de dollars US, soit plus d'un milliard de F Cfa est le fruit du partenariat entre le ministère de la Jeunesse, le Fnuap et l'Unicef. Conjointement financé par le ministère de la Jeunesse, des sports et loisirs, le Fnuap et l'Unicef, ce joyau dénommé dans son ensemble "Services Santé Sociaux des Adolescents et des Jeunes" (3S Ado) est d'ores et déjà une réalité. C'est à la faveur d'une visite officielle que le ministre Valentin Houdé a touché du doigt le vendredi dernier, la réalisation des locaux qui serviront de cadre à la Radio Tv Jeune du Bénin. Installé à proximité du Centre médico-sportif du Stade de l'Amitié de Kouhounou, ce centre multimédia pour jeunes, d'une valeur de plus d'un milliard de F Cfa, comprend une radio FM, une télévision d'un champ d'action de 75.000 Km et d'un cybercentre par satellite à but non lucratif. Selon le représentant du Fnuap, c'est un honneur et un plaisir de travailler avec le gouvernement béninois et surtout le ministère de la Jeunesse, des sports et loisirs pour la réalisation de ce projet qui précède d'autres concernant l'élaboration d'une politique nationale de la jeunesse.Pour l'expert Tony Sima, conseiller technique principal du projet, le joyau permettra à la jeunesse de participer au développement du Bénin au chapitre de la communication et de l'amélioration du paysage audiovisuel. "c'est une plus value pour l'épanouissement de la jeunesse", a-t-il ajouté. Le ministre Valentin Houdé, dans ses uvres pour le développement de la jeunesse béninoise, vient de concrétiser une expérience rare en Afrique subsaharienne. Le Bénin dispose désormais d'une radio, d'une télévision et d'un cybercentre qui seront mis en service dès le mois d'octobre après autorisation de la Haac et du ministère de la Communication.

  • Saisons des pluies à Cotonou: des ministres aquatiques !

Il pleut à Cotonou. Il pleut même abondamment comme ailleurs. La nature est généreuse en eau particulièrement au cours de cette dernière saison pluvieuse de sorte que chacun y a trouvé et continue de trouver son compte. Du simple citoyen aux gouvernants haut perchés, en tout cas personne n'est épargné en ce qui concerne l'inondation des zones habitées.

Cependant nombreuses sont les populations qui n'arrivent pas à comprendre encore comment se sont arrangés principalement deux ministres de l'actuel gouvernement pour se retrouver dans l'eau. Situés à Akpakpa et à Fidjrossè, ces derniers se voient chaque fois obligés de plier leurs pantalons avant d'avoir accès à leur maison. Ce qui est bien surprenant est qu'ils ne se donnent même pas la peine de chausser des bottes pour éviter les saletés contenues dans l'eau stagnante puante parfois pouah !

Deux observateurs : pour certaines langues c'est pour des femmes (puisque ce ne sont que des ministres mâles) qu'ils se donnent toutes ces peines aquatiques. Pour d'autres c'est par souci de vivre les réalités des populations à la base. Mais le plus sûr c'est qu'il est certain que ces deux ministres aquatiques semblent bien se plaire dans leurs conditions.

  • Accord entre le Bénin et la Fondation Pierre Fabre : pour un accès efficient aux médicaments essentiels

Quatre grandes actions sont inscrites dans le protocole d'accord signé le vendredi 29 juin 2002 au ministère des Affaires étrangères et de l'intégration africaine. Il s'agit, primo, de renforcer le contrôle des médicaments en dotant le Laboratoire national de contrôle de la qualité de moyens financiers destinés à améliorer les équipements et la formation. Secundo, améliorer la formation des magasiniers de la centrale d'achat. Tercio, participer à la définition et à la mise en place d'une politique d'Iec sur les médicaments essentiels et enfin, de soutenir, l'enseignement de la Faculté des sciences de la santé de Cotonou.

C'est ce qu'a laissé entendre M Philippe Bernagou, directeur de la Fondation Pierre Fabre. Il avait à ses côtés le chargé d'affaires de l'Ambassade de France au bénin.

Cette action de coopération couvre trois ans et est évaluée à 400 millions de F Cfa. La partie béninoise est représentée, lors de la signature d'accord, par les ministres de la Santé, de l'Enseignement supérieur et de la Justice assurant l'intérim de son homologue des Affaires étrangères.

Le ministre Joseph Gnonlonfoun a affirmé au cours de la cérémonie, que l'action de la fondation Pierre Fabre prouve que la solidarité et le partage peuvent aller de pair avec l'esprit industriel et que ceci est un bel exemple de coopération (Le Matinal)

  • Première édition du Concours de la plus belle poitrine du Bénin : Jouvence Dovonou, "Miss Lolo" 2002

Le grand concours de beauté "Miss Lolo" première édition, qui a mis aux prises les douze plus belles poitrines du Bénin, a connu son terme par une merveilleuse soirée de gala. Une soirée qui a consacré Mlle Jouvence Dovonou, "Miss Lolo" 2002. C'était le vendredi dernier au VIP Night Club de Cotonou.

Elle s'appelle Jouvence Dovonou. 30 ans, 1,65 m avec un tour de poitrine de 114 cm. Elle est coiffeuse de profession et célibataire sans enfant. La plus belle poitrine du Bénin au titre de l'année 2002 a un amour fou pour la lecture et la musique et son plat préféré est le riz préparé sous toutes ses formes.

Elle aime les hommes corpulents à taille moyenne. Mlle Jouvence Dovonou a pour 1ère Dauphine, Bijoux Lissa, informaticienne. La deuxième Dauphine, Solange Anani, est esthéticienne coiffeuse. Troisième Dauphine : Lydie Guidah, hôtelière et Quatrième Dauphine, Pauline Senouvo, commerçante.

Il faut noter que les douze candidates ont successivement défilé en tenue pagne et mettant en relief leur poitrine et atouts féminins, en tenue de Guenhou en duo, en solo en tenue de soirée et enfin en tenue de soirée et enfin, en tenue de vérité. Elles ont esquissé des pas de danse à la dernière phase sur les airs du titre "Miss Lolo" de Meiway.

Le visage angélique, le sourire au coin des lèvres et la tête auréolée par une prestigieuse coiffure, "Miss Lolo" 2002 aborde une démarche rassurante. Entourée de ses quatre dauphines, elle a été portée sur le trône de la belle poitrine.

Au VIP Night Club de Cotonou ce vendredi, l'ambiance était bon enfant. Le public a massivement fait le déplacement pour soutenir ces femmes qui ont eu le courage de braver les préjugés. Notons que le jury est composé de 7 membres présidé Natsu Traoré, la Miss Lolo d'Abidjan.( LE MATINAL)

  • Banditisme de grand chemin à Abomey Calavi :Un véhicule volé retrouvée dans la maison d'un douanier

Décidément les bandits et autres malfrats ont fait l'option d'une escalade meurtrière. Ils ne reculent devant rien et bénéficient des complicités les moins attendues.

Il y a de cela quelques jours un véhicule Bmw a été volé dans la ville d'Abomey Calavi. Alors que le propriétaire visitait son chantier, les malfrats ont démarré en trombe avec sa voiture. La gendarmerie nationale saisi entre temps a procédé à des contrôles systématiques à toutes les sorties de la ville. Ensuite une battue a été organisée dans la ville d'Abomey Calavi et que ne fut la surprise de découvrir la Bmw volée dans la maison d'un douanier, le véhicule prêt à passer à la peinture puisqu'ayant été déjà poncé.

Les gendarmes ont aussi découvert une moto mate 50 dont le numéro du moteur a été trafiqué signe qu'elle issus d'un centre vol. Le gardien du douanier a pris la fuite et la gendarmerie s'apprête à auditionner le douanier qui bien que n'habitant pas sa maison où le butin a été retrouvé n'en est pas moins le propriétaire de la maison.

Vraisemblablement il pourra être poursuivi soit pour recel soit pour complicité de vol. Mais on n'en s'est pas encore là.
Cette découverte vient confirmer la thèse que les malfrats n'agissent pas souvent seuls et que c'est tout un réseau qui opère. Un réseau qui dispose même des appuis à des niveaux élevés de l'administration.

Tant que ces complices ne seront pas démasqués et punis toutes les stratégies de lutte se relèveront inopérantes (FRATERNITE)

ÉDUCATION

  • NOUVEAUX AMPHIS SUR LE CAMPUS

La Faculté de droit et de sciences politiques (FADESP)de l'Université d'Abomey-Calavi (UAC)a reçu une délégation du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique; cette visite de la délégation ministérielle s'inscrit dans le cadre de l'aménagement et de la construction d'infrastructures pour le compte de cette Faculté qui apparaît comme le parent pauvre de l'université d'Abomey-Calavi.

Cette délégation conduite par quelques responsables du ministère de l'enseignement supérieur a été accueillie par le Doyen de la Faculté M Virgile AKPOVO ses collaborateurs et agents du Rectorat. La visite avait objectif de faire un état des lieux et évaluer les besoins les plus urgents au titre de cette année 2002. Ce projet de réfection et de construction vise prioritairement les infrastructures pédagogiques à savoir fondamentalement les amphi-théâtres et les salles de cours pour les étudiants.

Il faut noter que la Faculté de droit ne dispose pas depuis sa création il y a une trentaine d'années d'infrastructures propres le grand amphi-théâtre bien connu de tous les usagers de la Faculté était en réalité un bâtiment de la Faculté des Sciences Agronomiques.

Selon la délégation ministérielle, il s'agit d'un plan d'urgence visant à terme à soulager les étudiants de même que les autorités des difficultés liées aux problèmes que posent l'inadéquation des infrastructures existantes dans la mesure où ce projet fait partie de l'un des points des revendications sectorielles des étudiants. Aux dires des membres de la délégation ministérielle, dès l'année budgétaire prochaine, il sera pris en compte la construction ne nouveaux amphi-théâtres de 1000 places au moins chacun de même que les travaux de pavage sur le campus universitaire d'Abomey-Calavi. Signalons que ni enseignants ni étudiants de la Faculté ne disposent de toilettes et pour régler cette difficulté, le Doyen a fait déjà une étude de réalisation à cet effet.

  • Un institut universitaire à Abomey

Plus de frustration dans le rang des populations du Plateau d'Abomey. Après Parakou, Lokossa, Porto-Novo, la cité royale abritera d'ici la rentrée prochaine un site universitaire. Il s'agit de l'Institut des sciences de l'environnement et du développement durable. C'est ce qu'a affirmé Roger N'tia, directeur de cabinet du ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique au cours du dîner de presse organisé vendredi dernier au maquis "Dunya". Il fait suite à la création de l'Université de Parakou, de l'Institut de Mathématiques et de Sciences Physiques de Dangbo. La bonne nouvelle apportée par le directeur de cabinet du ministre Sossa est que, probablement à partir de la rentrée prochaine, il sera créé l'Institut des sciences de l'environnement et du développement durable à Abomey. Dans leurs interventions, des membres du cabinet du ministre Dorothée Sossa ont mentionné que ce projet est financé par le gouvernement luxembourgeois. "Toutes les conditions sont en train d'être remplies pour que cet institut environnementale devienne en plus de celui du Sénégal un fleuron dans la sous-région".

 

 

JOURNAUX ET PORTAILS D'INFORMATIONS

  1. Afrikinfo.com
  2. Le Matinal electronique
  3. LE MATIN
  4. L'AURORE
  5. L'OEIL DU PEUPLE
  6. FRATERNITE
  7. plus d'infossur le Benin GO!
  8. bjweb2000
  9. Cotonou online!!! NEW
  10. Le site officiel du Benin
  11. La RADIO MAGIQUE GOLFE FM 105.7
  12. L'OBSERVATOIRE DE LA DEONTOLOGIE ET DE L'ETHIQUE DANS LES MEDIAS (ODEM )
  13. L'araignée
  14. FOCUSAFRIQUE

L'ORTB ET LC2 SUR LE SATELLITE INTELSAT 706